23
Sep
10

Mr Protector – « Pétrole »


MR PROTECTOR
Pétrole

label : A Tant Rêver du Roi

www.myspace.com/mrprotector

Riche, complexe, technique, multilingue… il y a beaucoup à dire sur ce très bon album de Mr Protector. Chez PP&M, on connaît le groupe depuis belle lurette, on les a même programmés en décembre 2007. Les rejetons de l’écurie Furne Records, label officiel des indie rockeurs noiseux de la petite ville de Jarnac (Charente), confirmaient déjà à l’époque tout le bien que l’on pense des musiciens de ce crew (Café Flesh, Gâtechien…).

Après avoir enchaîné les EP et les tournées (notamment avec Pneu, tiens tiens…) depuis 2003, Mr Protector livre donc un premier album long format, au titre qui pète : Pétrole. « Tiens, du français » me direz-vous. Eh oui, c’est assez rare pour être souligné : le trio ne se cantonne pas au chant en anglais, et j’ai beau être difficile là-dessus… leurs textes en français passent tout seuls, suffisamment imagés et biscornus pour qu’on ne se croit pas chez De Palmas ou Christophe Maé. Plus curieusement, le groupe envoie également quelques strophes dans une langue qui même si elle m’est inconnue, ressemble fort à de l’allemand (on me la fait pas). Même constat que pour le français : ça passe, alors pourquoi pas, finalement ?

Musicalement parlant, c’est du beau boulot : les deux gratteux parviennent à merveille à nous faire oublier que Mr Protector est un groupe sans bassiste. Techniquement, rien à redire, il y a même quelques plans impressionnants, sans parler de la complexité permanente dans les structures des morceaux. Ce qui fait de Pétrole un album a priori peu accessible aux non-initiés de la noise et du math rock. Néanmoins, il y a du relief dans les morceaux, c’est tendu mais pas bourrin (enfin, pas toujours) et les ambiances sombres et aériennes du disque pourraient plaire à bon nombre d’aficionados du rock au sens large.

23
Sep
10

No Guts No Glory – « Hidden In the Light »


NO GUTS NO GLORY
Hidden in the light

label : The Grass Was Never Green

www.myspace.com/nogutsnogloryhc

Le Cd ou le LP ? J’ai un peu hésité, et puis finalement j’ai choisi le vinyle. Un vinyle, c’est toujours mieux quand on a besoin de trouver le calme, après une rude journée de boulot par exemple. Une fois la platine allumée, le disque tout juste sorti de sa pochette et la tête de lecture placée avec précaution en début de piste, c’est avec plaisir qu’on peut alors s’affaler confortablement dans son canap’ et se laisser bercer par la chaleur inégalable du grain du microsillon. Et puis, tout ce cirque, cette « mise en condition » qui donne un cachet certain à l’album, ça permet également de ne pas oublier que la musique c’est aussi autre chose que d’appuyer sur le bouton « play » de son lecteur iTunes.

Deuxième sortie donc que ce nouvel album de No Guts No Glory chez le jeune label parisien The Grass Was Never Green, et deuxième baffe en ce qui me concerne. A vrai dire, j’ai d’abord été bluffé par les aspects mélodiques (et mélodieux) dont sont blindés les morceaux. Plus on parcours les titres, et plus on se retrouve prit dans une avalanche de lignes de gratte vraiment bien construites et de purs chœurs mélodiques à souhait. En prime, un chant scandé et ultra énergique à la Champion vient compléter le tout, donnant une furieuse envie de lever le poing bien haut en gueulant les paroles.

Le court interlude instrumental In Becoming, constitue pour moi un des côtés les plus intéressants de l’album, là où l’intensité va brièvement s’apaiser avant de retomber sur ses pattes. L’introduction du morceau peut surprendre à la première écoute, tant elle semble se détacher du reste des titres. C’est planant, c’est efficace, c’est beau. Pendant 40 secondes, on a vraiment la sensation d’être transporté ailleurs.

Un disque que j’ai écouté pendant une bonne partie de l’été, et que je vais continuer à me passer régulièrement pendant un bon moment. J’avais gardé un bon souvenir de leur show lors de la dernière édition du Free Edge Fest, mais j’avais pas forcément creusé plus loin. J’aurais dû, et je rattrape aujourd’hui le temps perdu grâce à Hidden In the Light. Si vous aimez le hardcore bien fait, énergique à souhait avec un fort côté mélo, pas poseur pour deux sous, alors cet album est fait pour vous.

20
Sep
10

Tentaculation #110

On ne change pas une équipe qui gagne pour cette deuxième émission de l’année scolaire. Un paqson de de nouveautés rock au sens large, françaises et internationales, et même le retour des interviews, avec l’ami Pépère du groupe punk à roulettes Welcome Noise, qui pousse également la chansonnette avec Mismeasure Of Man. Enjoy !

PLAYLIST


  1. Ravi For the Masses (EP : « Masses »)
  2. Weezer Memories (album : « Hurley »)
  3. Comeback Kid G.M. Vincent & I (album : « Symptoms and Cures »)
  4. Lucertulas An Old Man (album : « The Brawl »)
  5. Peter Kernel He’s a Heartattack (album : « How to Perform Music For a Funeral »)
  6. Japandroids Crazy/Forever (album : « Post-Nothing »)
  7. The Twisted Minds Too Many Walls, Not Enough Bridges (album : « Airchitects »)
  8. Welcome Noise Something Gonna Change (EP : « 2009 EP »)
  9. interview de Pépère de Welcome Noise et Mismeasure Of Man
  10. top Last.fm/group/PPandM : Gravity Slaves Big Bike (album : « The Vertigo Chronicles »)
  11. Truth From Facts For Diana Oughton (album : « 2009 »)
  12. Coward Slut (album : « As an Armpit… »)
  13. Cougar Florida Logic (album : « Patriot »)
  14. MORCEAU (MERDIQUE) DE FIN : Stupeflip Comme les zot’ (album : « Stupeflip »)



archives





contacts

PP&M / Opposite Prod
c/o Boris A.
22 rue Louise Labé
45000 Orléans - FRANCE
tél. : 06 86 72 65 77 (Boris)
info@ppandm.com

  S'ABONNER AU PODCAST :



'