31
Août
10

Robot Orchestra – « Disorder of Colors »


ROBOT ORCHESTRA
Disorder of Colors

label : autoproduit

www.myspace.com/robotorchestra

Robot Orchestra est un duo noise rock originaire de la Rochelle. Deux tronches qu’on a déjà vues quelque part, à Orléans et sur la route… l’ami Steve, tout d’abord. Rencontré il y a une dizaine d’années avec son groupe Feeding qui pratiquait une sorte de « post neo metal » pas mal du tout. PP&M les avait fait jouer à l’Underground, rue de la Cholerie à Orléans… ça date ! Steve gueulait dans le micro et tournait déjà avec ses potes de Down To Earth, plutôt branchés Quicksand si je me souviens bien à l’époque.

Egalement tourneur d’un beau paquet de groupes, Steve a malgré tout trouvé le temps de se mettre à la guitare et de multiplier les projets musicaux. Certains se rappellent peut-être Jenna, son combo emo gueulard… depuis quelques années maintenant il semble se consacrer à Robot Orchestra. Avec lui officie le batteur de Down To Earth (dernier album chroniqué ici). Pour les chanceux qui connaissent et apprécient DTE, Disorder of Colors n’est pas dénué d’intérêt. On retrouve ce même jeu de batterie aussi puissant qu’inspiré et technique, mais dans une ambiance plus sombre et noisy.

Le chant n’est pas omniprésent au long des sept titres du disque, et laisse la place à de successives montées et descentes plutôt réussis dans le genre emo. Robot Orchestra a de la personnalité : en cherchant bien, on sent que la paire aime bien Shellac, The Jesus Lizard, des trucs plus indie rock mais tout aussi incisifs comme Lack, Fugazi ou Jawbox… mais ça s’arrête là : les ambiances sont tellement variées suivant les morceaux que le Disorder a finalement assez de Colors dans sa palette pour peindre un truc original et plaisant, tout en caressant les oreilles des rockeurs scotchés dans les 90’s.

Robot Orchestra est souvent sur la route, partout en Europe… essayez de les choper en live !

15
Juin
10

Down To Earth – « Prisms »


Down To Earth

DOWN TO EARTH
Prisms

label : YR Letter Records / Deep Elm

www.myspace.com/dteband

Ce qu’il y a de bien avec les disques de la scène « underground » française, c’est qu’on peut les chroniquer super en retard : la promo se fait sur le long terme. Parfois les articles à propos d’une sortie d’album s’étalent sur plus d’un an, et c’est tant mieux pour la visibilité des groupes, qui en ont bien besoin. Tout ça pour justifier ce papier que j’écris plus de six mois après la sortie du deuxième long format de Down To Earth (St Jean d’Angély – 17), alors qu’il résonne très régulièrement dans mes oreilles depuis lors.

Le premier album Room For the Three of Us m’avait conquis à 100%, certainement parce qu’il réunit tout ce que j’aime : des guitares bien ciselées au son crunch bien poussé posées sur une rythmique complexe mais implacable, le tout surplombé de mélodies et de parties vocales qui sonnent évidentes sur des structures de morceaux vraiment chiadées. Prisms continue sur la même voie : on prend les mêmes et on recommence, même si le tryptique Prisms I-II-III qui ouvre l’album « conceptualise » un peu plus la chose. Reste ce sentiment de machine bien huilée, dotée d’un véritable personnalité : on ne peut pas dire que DTE ressemble à un groupe en particulier. Après, si vraiment il faut vous donner des noms pour situer, parlons des groupes qui m’ont déjà procuré la même sensation : At The Drive-In, Jawbox, These Arms Are Snakes, certains morceaux de Foo Fighters… plus récemment, peut-être un peu de Hot Cross ou Mutiny On The Bounty pour les guitares.

S’il fallait voter pour élire le meilleur groupe indie rock français, je bourrerais volontiers l’urne avec des bulletins estampillés Down To Earth. Même si le succès « public » du trio reste relatif dans nos contrées, il faut tout de même savoir que le prestigieux label américain Deep Elm (responsable notamment des compilations Emo Diaries) est tombé sous le charme du groupe, en assurant la sortie numérique et la promotion de Prisms, mais aussi du premier album. En France, c’est grâce à Matt Showman et à son label YR Letter Records que la version digipack a vu le jour. En mp3 ou sur galette… achetez les yeux fermés.




archives





contacts

PP&M / Opposite Prod
c/o Boris A.
22 rue Louise Labé
45000 Orléans - FRANCE
tél. : 06 86 72 65 77 (Boris)
info@ppandm.com
'